Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 15:16
Place de Budapest

Mercredi 02/09/15

Place de Budapest, café « l’Atlantique ».

11h28. La serveuse, blonde, la trentaine, m’apporte le café que j’a commandé en terrasse.2,90€. Le temps hésite entre nuages et soleil.

La place de Budapest forme une sorte de triangle. Le café Atlantique est situé sur sa base sud à l’angle de la rue d’Amsterdam. Sur cette base, de l’autre côté, un petit restaurant kebab avec quelques tables en terrasse, puis, une agence d’intérim je crois mais de ma place, je ne peux pas la voir, celle ci se trouvant au débouché de la rue de Budapest. Sur ma droite, dans le prolongement de cette rue et formant l’un des grands côtés du triangle, un chantier de construction d’un immeuble de bureaux, le « Londres-Budapest » remplaçant un autre immeuble de bureau qui me semblait relativement récent et pourtant démoli depuis peu. Le chantier s’étend jusqu’à l’intersection de la rue de Londres d’où le nom du futur immeuble.

Sur ma gauche et formant donc l’autre grand côté du triangle, la rue d’Amsterdam. La circulation, très dense est à sens unique dans le sens nord/sud, depuis la place de Clichy vers la gare Saint- Lazare. Sur le côté impair de la rue d’Amsterdam, la gare Saint-Lazare dont je ne vois qu’un bâtiment « moderne » de bureaux , extension des années 70 ou 80 avec une entrée pour les voyageurs où je distingue quelques enseignes, « La vie du rail », « Avis », « Budget ». Jouxtant ce bâtiment, un passage ou une impasse, je ne saurais dire, réservé au service de la gare et fermé au public par une barrière amovible. A sa suite, un petit immeuble blanc, sans étage, couvert d’affiches et semblant vide. Au dessus de la porte d’entrée, une fresque en carreau représente un paysage fluvial, il me semble. Depuis ma place, je ne peux guère en voire le détail. Puis deux immeubles de type haussmannien avec commerces (mini-market, alimentation générale, Fabuline, la boutique est d’un jaune assez sale avec un auvent bleu) Ces deux commerces semblent bénéficier d’une réserve ou d’un logement en entresol. A côté, un porche d’entrée si imposant qu’il englobe la fenêtre de l’entresol. Dans cet immeuble, un kebab et une pharmacie qui marque l’intersection avec la rue de Londres dans sa partie qui monte vers la Place de l’Europe. En face, à la pointe du triangle, la rue d’Amsterdam remonte au nord vers la Place de Clichy. D’un côté, une boulangerie, que je ne vois pas (dois je la signaler ?) de l’autre un opticien. En face de l’opticien, c’est à dire en traversant la rue d’Athènes, une brasserie, le Comptoir de l’Europe.
Le centre de la place est une esplanade triangulaire réservée aux piétons puisque surélevée de deux marches, sur laquelle on trouve :

Trois rangées d’arbres très alignés (des acacias ?)

Entre les arbres, trois réverbères à trois globes chacun et trois réverbères dont la partie éclairante forme une coupe évasée. Ces derniers en bordure du prolongement de la rue de Budapest semblent plus récents et peut-être provisoires car installés sur des socles en béton tels qu’on peut en trouver dans les chantiers. A cet endroit, on est face de celui du « Londres-Budapest ». C’est le seul endroit de la place où sont stationnées quelques voitures.

Au fond de l’esplanade, un kiosque à journaux, une fontaine Wallace (une vraie), une colonne Morris sur laquelle est affichée « Les vœux du cœur », une petite construction qui doit abriter des toilettes, un abribus, et devant moi me bouchant partiellement la vue, une autre colonne Morris avec la même affiche. Il s’agit d’une pièce jouée au théâtre La Bruyère du lundi au samedi à 21h.

Toujours sur l’esplanade, on trouve un grand nombre de véhicules à deux roues, garés, essentiellement des scooters mais aussi quelques motos et un vélo, une poubelle, un container pour recycler les bouteilles en verre, un drapeau européen.

11h55.L’endroit est extrêmement bruyant, bien que cette notion soit totalement relative. Bruits de circulation, bruits du chantier, discussions des passants, des clients en terrasse. Pendant cette demie heure écoulée, passages de piétons incessants et en tous sens. Allures de gens pressés qui travaillent, qui entrent ou sortent de la gare. Ouvriers du chantier dont trois viennent de s’asseoir à ma gauche. C’est l’heure de la pause. Des gens qui tiennent un sandwich, des gens qui tiennent un téléphone.

Trois fillettes et leur père qui semblent sortir d’une école. Les ouvriers apparaissent avec un sac en plastique ou une baguette.

Tout le monde marche vite, pas de promeneurs. Les consommateurs restent peu en terrasse malgré le soleil. Sauf deux dames derrière moi.

12h03. Le chantier s’interrompt. Le niveau de décibels chute notoirement. J’apprécie ce calme relatif.

Je remarque les nombreux pigeons de l’esplanade. Comme si le vacarme ambiant m’avait empêché jusque là de les voir.

Published by Françoise Poulin-Jacob - dans tentative de description
commenter cet article

commentaires

Alain Poisson 06/09/2015 12:46

Bonjour Franz,
Alors, de retour... un essai, une tentative ? À deux pas de la gare Saint Lazare que nous connaissons bien, un coin à l'écart, malgré tout, du bruit infernal et étourdissant de la ville.
Une photo + texte, une formule qui fait son chemin et qui, dans le fond, s'adapte bien à la nature d'un blog - certains pourraient y venir ou y re-venir ;-) avec bonheur. Tu pourrais envisager de cette manière un parcours de la ville - les différentes étapes, reliées, en feraient un cheminement buissonnier.
Attention malgré tout !... Street View te guette et - c'est dommage - permet de te suivre à la trace dans ce que tu dis et ne montre pas...
À bientôt !

Franz 06/09/2015 16:14

Je prends le risque d'être suivie dans une déambulation descriptive de la ville.
Merci Alain pour ta visite.
A la prochaine étape!